Le Louchebeme

Du Largonjem au Louchébème : l’histoire de l’argot des bouchers…

Le Louchébème est un argot spécifique du secteur professionnel de la boucherie. Il faut se souvenir qu’à Paris, les abattoirs de la Villette était « la capitale » du louchébème : histoire de l’argot des bouchers…

Au 17ème siècle, dans les bagnes, les détenus créent des systèmes de maquillage des mots leurs permettant de communiquer entre eux, sans être compris de leurs geôliers. De tels systèmes sont observés dans le monde au sein de corporations les plus diverses. En effet, comme un tatouage ou bien un uniforme, l’argot devient alors un signe de reconnaissance, un attrait pour l’insolite, ou tout simplement la fierté d’une certaine virtuosité acquise. Il faut reconnaître aussi et surtout, un grand plaisir à exaspérer les non- initiés.

Vidocq* décrit d’ailleurs dans ses mémoires un code substitutif appelé « Largonji » que résume la formule suivante :

-  « sac » devient l + ac + s + é = lacsé
-  « en douce » devient en l + ouce +d + é = en loucedé
-  « jargon » devient l + argon + j + i = largonji

Certains mots de langue française sont construits sur ce principe. Par exemple, le mot « loufoque » vient du mot « fou ».

C’est ainsi que sous le nom de « Louchébème » (du mot boucher), le Largonjem de Brest est devenu le jargon des bouchers de la Villette…

* Vidocq, de son prénom Eugène-François est un aventurier et détective français. Forçat évadé du bagne, il fut également chef de la police judiciaire parisienne.

SARL La halle de la viande - 91 AV de Césarée - 33470 Gujan Mestras
Tél Bureau : 05 57 15 61 94 - Tél Le Barp : 05 57 95 87 49 - Tél Gujan Mestras : 05 57 15 10 98
Fax : 05 56 54 39 11 - E-Mail : p.harriet@orange.fr - Mentions légales